L’usine de décarbonatation en rénovation

Rénovation et optimisation de l’usine de décarbonatation



En Avril 2001, le SIVOM de la PALUS (Saint-Just et Saint-Nazaire-de-Pezan) mettait en service  sur son territoire une unité de traitement de l’eau potable pour alléger l’eau distribuée du calcaire dont elle est chargée naturellement.

Un choix économique et environnemental

Le choix du SIVOM résultait d’une volonté de répondre à plusieurs exigences tant sociales, qu’économiques et environnementales. En effet, la mise en place d’une décarbonatation collective permet d’offrir à tous les consommateurs une même solution de traitement de l’eau au même prix. Elle encourage aussi tous les abonnés à la consommation de l’eau du robinet afin d’éviter la multiplication des eaux embouteillées et permet, enfin, de pérenniser le patrimoine en évitant les risques d’entartrage des canalisations.

Un procédé 100 % écologique

Le procédé utilisé (ERCA2) pour réduire le calcaire dans l’eau consiste à faire passer l’eau brute entre deux électrodes qui génèrent un champ électrique approprié. L’électricité émise dans l’eau à faible intensité favorise ainsi la germination du carbonate de calcium par électrolyse. Les microparticules de carbonate de calcium vont alors décanter et se déposer au fond du réacteur par gravité. Elles sont alors extraites et évacuées (environ 25 tonnes par an). Au final, l’eau traitée est maintenue à l’équilibre calco-carbonique et conserve toutes les propriétés physico-chimiques d’une eau très  peu entartrante.

Une rénovation nécessaire

Au terme de quinze années de fonctionnement, la rénovation de certains composants de l’usine se sont révélés nécessaires. Aussi, dès le mois d’avril, les travaux de renouvellement de l’unité débutent et rendent nécessaire la mise hors fonctionnement de l’usine. Ainsi, l’eau distribuée, jusqu’au milieu de l’été ne sera plus allégée de calcaire mais bien sûr parfaitement potable, consommable et fera toujours l’objet des contrôles tant du délégataire du Service que des autorités de contrôles sanitaires.

Ces travaux permettront le renouvellement d’une partie importante des équipements mais aussi de faire bénéficier l’unité des dernières innovations du procédé   ERCA² pour, notamment  optimiser les consommations énergétiques.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *